Tools


Siemens Worldwide

NewsHub

Language

 

Contact

Contact
NewsHub
Immersion au cœur de l’Amazonie qui abrite environ un quart de toutes les espèces animales et végétales répertoriées sur la planète.

Chauffage, climatisation et ventilation

Aquatis: du glacier du Rhône à la forêt amazonienne

Plus grand aquarium-vivarium d’eau douce d’Europe, Aquatis plonge ses visiteurs au coeur des rivières et des lacs des cinq continents. Plus de 10 000 poissons et des centaines de reptiles et espèces végétales peuvent y être observés. Partenaire du projet, Siemens a géré le confort des visiteurs et celui des «habitants» des aquariums. Immersion.

La visite d’Aquatis à Lausanne se veut ludique et pédagogique. «Grâce à une scénographie totalement immersive, le visiteur devient un explorateur et part à l’aventure à travers des grottes glacières, des tunnels sous-marins et des décors plus vrais que nature, amplifiés par d’imposants jeux de miroirs», commente Bruno Kueny, Coordinateur Technique de IC Eau SA & mandataire Aquariologie.

Le voyage débute en Valais dans les profondeurs bleu azur des grottes du glacier du Rhône. Le premier bassin abrite les poissons des lacs et des rivières des Alpes, parmi lesquels les célèbres ombles chevaliers, chevaines et truites de rivière. La balade se poursuit par une traversée du lac Léman en suivant l’écume d’un navire de la CGN et s’achève dans le delta du Rhône, 812 km plus loin, avec le premier bassin d’eau de mer du site.

Les visiteurs quittent la zone Europe en empruntant un tunnel sous-marin jusqu’à un gigantesque spinosaure articulé annonçant l’arrivée dans l’espace Evolution. «Avec ses 10 mètres de haut, son million de litres d’eau douce et son tunnel transparent propice à l’observation, le bassin de cette zone constitue un temps fort de la visite.» Il fait le lien entre l’Europe et l’Afrique et accueille de très anciennes espèces comme le poisson spatule, le garpique alligator ou le grand esturgeon jaune.

L’expédition africaine est marquée par la rencontre avec les deux crocodiles sacrés de l’ancien vivarium de Lausanne. Arrivés en octobre 2017, les deux reptiles ont pris possession de leur nouvel environnement et se sentent désormais…, comme des poissons dans l’eau! Quelques mètres plus loin, le bassin du lac Malawi offre un spectacle coloré orchestré par les multiples poissons qui y résident.

Une rizière suspendue annonce l’arrivée en Asie. Le visiteur y découvre les perches tigres du Fleuve Mékong et les nombreux habitants des mangroves. Le voyage se poursuit en Océanie avec la grande famille des poissons arc-en-ciel et les tortues à ventre rouge des lacs et des rivières australiennes. Le vivarium, transposé dans une école abandonnée de l’Outback, abrite deux taïpans du désert, serpent le plus venimeux au monde, et le terrarium un peu plus loin, deux dragons de Komodo.

Bruit de l’eau, humidité, températures chaudes, végétation luxuriante, pas de doute nous sommes en Amazonie. La visite se termine avec des espèces fascinantes comme les piranhas herbivores, les piranhas à ventre rouge carnivores, les arapaimas, les raies ou encore les grenouilles bleues Okopipi.

Les pieds dans l’eau pour observer les descendants des espèces datant du temps des dinosaures.

Une collaboration plurielle et exemplaire

Porté par le groupe Boas, Aquatis est le fruit d’un partenariat mené avec le groupe Grisoni Zaugg pour la construction du bâtiment, la société BCO pour l’aménagement intérieur et le bureau d’études IC EAU pour l’aquariologie. Siemens Suisse s’est vu confier la gestion du confort des visiteurs, soit le chauffage, la climatisation et la ventilation, ainsi que le confort des «habitants» d’Aquatis avec la régulation de la température de l’eau des bassins et des vivariums. «Nous avons déjà géré des piscines, mais c’est notre premier bassin à poissons», annonce Jean-Yves Rossier de la Division Building Technologies de Siemens. Sur les 46 bassins, l’eau fluctue entre 15 et 29 degrés, selon que l’on se situe dans la zone glacière ou dans la serre amazonienne. Les températures varient également entre le jour et la nuit et en fonction des saisons. «Tout est géré en sous-sol avec deux types d’échangeurs thermiques, les premiers plongés dans des bassins tampons, les autres extérieurs.» En plus de reproduire les conditions de vie réelles des poissons, ces variations permettent de baisser les températures l’hiver et de disposer ainsi d’une gestion énergétique durable des bassins.

Pour le parcours de visite, le principal défi consistait à gérer la ventilation en fonction de la fréquentation des lieux. «Les journées de forte affluence peuvent réunir jusqu’à 6000 personnes, ce qui fait beaucoup de COà évacuer. La gestion des températures est en revanche assez simple car les concepteurs d’Aquatis souhaitent renforcer le sentiment d’immersion en gardant la fraîcheur dans les régions alpines et la douceur dans la serre tropicale».

Interrogés sur les partenariats autour du projet, Bruno Kueny et Jean-Yves Rossier sont unanimes: «Nous avons travaillé dans la sérénité et avec efficacité grâce à des équipes compétentes, fiables et dotées de grandes qualités humaines.»


Aquatis en chiffres

  • 100 000 «écailles» en aluminium recouvrent le bâtiment
  • 3500 m2 alloués au parcours de visite
  • 46 aquariums, vivariums et terrariums
  • 2 millions de litres d’eau pour l’ensemble des bassin
  • 10 000 poissons
  • 100 reptiles et amphibiens
  • 200 espèces à observer
  • 20 écosystèmes présentés
  • 300 000 à 400 000 visiteurs escomptés chaque année

 

 

Chantal Epiney Vocat
Picture credits: Rainer Sohlbank